EUROPE : Aperçu de la 4eme directive européenne anti-blanchiment

La proposition de 4eme directive vient d’être publiée (25 Fev 2015).


La proposition de 4eme directive vient d’être publiée (25 Fev 2013). La proposition intègre et abroge la directive 2006/70/CE de la Commission portant mesures de mise en œuvre de la directive 2005/60/CE en vue d’améliorer l’accessibilité et l’intelligibilité du cadre juridique relatif à la lutte contre le blanchiment de capitaux.

Que retenir ?

Une première lecture à chaud fait ressortir les points suivants :

1) La proposition de directive fait suite aux modifications des recommandations du GAFI de 2012

2) Elle requiert la coordinations du dispositif anti-blanchiment and le dispositif contre l’évasion et la fraude fiscale

3) Son contenu

La Commission Européenne propose d’apporter à la troisième directive anti-blanchiment les principales modifications suivantes :

  • Étendre le champ d’application de la directive au-delà des seuls casinos pour couvrir les prestataires de services de jeux d’argent et de hasard ;
  • Inclure une référence explicite aux infractions fiscales pénales dans le champ d’application en tant qu’infraction principale ;
  • Pour les transactions en espèces, abaisser de 15.000 EUR à 7.500 EUR le seuil à partir duquel les négociants en biens de haute valeur entrent dans le champ d’application de la directive et ont des obligations de vigilance à l’égard de la clientèle ;
  • Instaurer l’obligation, pour les États membres, de procéder à une évaluation des risques au niveau national et de prendre des mesures pour atténuer les risques ;
  • Imposer aux États membres de veiller à l’application d’obligations renforcées de vigilance à l’égard de la clientèle dans certaines situations de risque élevé, mais leur permettre d’autoriser l’application d’obligations simplifiées dans les situations de moindre risque ;
  • Exiger de toutes les sociétés qu’elles conservent des informations sur leurs bénéficiaires effectifs ;
  • Maintenir l’approche en vertu de laquelle le bénéficiaire effectif doit être identifié à compter d’un seuil de participation de 25%, mais préciser ce à quoi ce seuil de 25% fait référence ;
  • Instaurer de nouvelles règles précisant que les filiales et les succursales établies dans un autre État membre que le siège appliquent les règles anti-blanchiment de l’État membre d’accueil et renforcer les accords de coopération entre les autorités de surveillance des États membres d’origine et d’accueil ;
  • Supprimer les dispositions en matière d’équivalence positive des régimes de pays tiers étant donné que l’application d’exemptions sur la base de critères purement géographiques devient moins pertinente ;
  • Prévoir un ensemble de sanctions, qui devraient exister dans tous les États membres pour les cas de violation systématique des exigences fondamentales de la directive ;
  • Intégrer les dispositions de la décision 2000/642/JAI du Conseil relative aux modalités de coopération entre les cellules de renseignement financier des États membres en ce qui concerne l’échange d’informations, ainsi qu’étendre et renforcer leur coopération ;
  • Confier certaines tâches aux Autorités européennes de surveillance (ABE, AEAPP et AEMF) : i) procéder à une évaluation et émettre un avis sur les risques de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme ; ii) produire des normes techniques de réglementation sur certains points sur lesquels les établissements financiers devront adapter leurs contrôles internes pour faire face à certaines situations spécifiques ;
  • Introduire des dispositions visant à clarifier l’interaction entre les exigences relatives, d’une part, à la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme et, d’autre part, à la protection des données ;
  • Instaurer de nouvelles exigences pour les personnes politiquement exposées nationales et les personnes politiquement exposées travaillant dans des organisations internationales.

Copyright ⓒ BPA, 2015