e-Veille

Article publié sur internet et sélectionné lors du processus de business intelligence monitoring de BPA

EUROPE: Projet de règlement délégué pour clarifier l’approche par les risques dans les cas de pays tiers n’ayant pas le même niveau de vigilance LCB-FT

Résumé

Texte UE en date du 31 Janvier 2019,

La directive (UE) 2015/849 impose aux entités soumises à obligations de mettre en place des politiques et des procédures de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme (LBC / FT) afin d’atténuer et de gérer efficacement les risques de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme auquel ils sont exposés.

Lorsqu’une entité obligée fait partie d’un groupe, ces politiques et procédures doivent être mises en œuvre de manière efficace et cohérente au niveau du groupe.

Dans les cas où un groupe exploite des succursales ou des filiales détenues majoritairement dans un pays tiers dont la législation n’autorise pas la mise en œuvre de politiques et procédures de LBC / FT à l’échelle du groupe, et dans des situations où les autorités compétentes sont en mesure de superviser le respect du les exigences de la directive (UE) 2015/849 sont gênées par le fait que les autorités compétentes n’ont pas accès aux informations pertinentes détenues dans les succursales ou les filiales majoritaires dans des pays tiers, des politiques et procédures supplémentaires sont nécessaires pour gérer efficacement les risques de BC / FT.

La directive (UE) 2015/849 (Normes internationales applicables) place l’approche fondée sur les risques au centre du régime de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme de l’Union.

Il reconnaît que les risques de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme peuvent varier et que les États membres, les autorités compétentes et les entités soumises aux obligations doivent prendre des mesures pour identifier et évaluer ce risque en vue de décider de la meilleure façon de le gérer.

L’article 8 de la directive (UE) ) 2015/849 impose aux entités soumises à obligations de mettre en place des politiques et procédures de LBC / FT visant à atténuer et à gérer efficacement les risques de BC / FT auxquels elles sont exposées.

Les politiques et procédures de LBC / FT comprennent celles qui sont nécessaires à l’identification et à l’évaluation du risque de BC / FT, aux mesures de vigilance à l’égard de la clientèle, au signalement des transactions suspectes, à la tenue des registres, au contrôle interne et à la gestion de la conformité.

Lorsqu’une entité soumise à obligations fait partie d’un groupe, ces politiques et procédures doivent être mises en œuvre de manière efficace et cohérente au niveau du groupe.

La plupart des systèmes juridiques des pays tiers n’empêcheront pas les groupes de mettre en œuvre des politiques et procédures de LBC / FT à l’échelle du groupe qui soient plus strictes

Selon la législation nationale, il peut arriver que la mise en œuvre de la législation d’un pays tiers ne permette pas l’application de tout ou partie des politiques et procédures de LBC / FT d’un groupe.

Cela peut être le cas, par exemple, lorsque le partage d’informations spécifiques à des clients au sein du groupe est en conflit avec les exigences locales en matière de protection des données ou de secret bancaire.

Dans ce cas, la directive (UE) 2015/849 oblige les entreprises à s’assurer que / Les politiques et procédures de CFT sont mises en œuvre efficacement dans toutes les succursales et les filiales détenues majoritairement, dans la mesure où la législation locale le permet.

Lorsqu’aucune mise en œuvre effective ne peut être assurée, les entités soumises à obligations doivent prendre des mesures efficaces pour gérer le risque de BC / FT résultant.

Toutefois, la directive (UE) 2015/849 ne précise pas ce que les entités soumises à l’obligation doivent gérer pour gérer le risque de BC / FT dans ces situations.

Consultez le texte source

https://ec.europa.eu/transparency/regdoc/rep/3/2019/EN/C-2019-646-F1-EN-MAIN-PART-1.PDF

EUROPE-DELEGATED-REGULATION-AML-DRAFT-20190131-C-2019-646-F1-EN-MAIN-PART-1

Souhaitez-vous échanger sur ce sujet?

Articles de la même thématique

EUROPE: Mise à jour de la liste des pays ayant des déficiences stratégiques dans leur dispositif de lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme

, ,
Mise à jour de la liste de l'Union Européenne des pays et juridictions à haut risque sur la base du règlement délégué (C(2019) 1326) du 13 février 2019. 11 juridictions (Priorités 1) ont été ajoutées à la liste du GAFI

EUROPE: L'immobilier dans l'oeil du cyclone - Blanchiment d'argent et évasion fiscale

Le blanchiment d'argent contribue à faire grimper les prix de l'immobilier dans certaines grandes villes, les autorités locales cherchant désormais l'aide de l'Union européenne.
République française

FRANCE: Etat des Conventions Judiciaires d'Intérêt Public (CJIP)

, , ,
BPA maintient à jour la liste des conventions judiciaires d'intérêt public conclues au titre de la loi Sapin 2, dans le cadre de sa veille et de l'évaluation des risques de non-conformité

FRANCE: TRACFIN et l'ACPR s'inquiètent de la faible qualité des déclarations de soupçon du secteur de l'assurance

La qualité d'un déclaration est un signal fort envoyé tant à TRACFIN, que l'ACPR sur la qualité du dispositif LCB-FT. Un motif que l'ACPR utilisera pour planifier ses inspections sur la thématique anti-blanchiment (LCB-FT) Nous invitons les organismes d'assurances à y remédier au plus tôt.
République française

FRANCE: Analyse des sanctions de la CNS [2018]

La Commission nationale des sanctions (CNS) est compétente pour sanctionner plusieurs professions: les intermédiaires immobiliers, les personnes exerçant l'activité de domiciliation, les professionnels du secteur des jeux et paris, les professionnels du secteur des jeux et paris en ligne. BPA examine les décisions de sanction prononcées par la CNS en 2018.

FRANCE: L’Autorité des marchés financiers dévoile ses priorités de régulateur pour 2019

, ,
Le 10 Janvier 2019, L'AMF a publie un document décrivant les thématiques qui constitueront ses priorités de supervision pour l’année 2019 pour les sociétés de gestion, les intermédiaires de marché et en matière de commercialisation.