Cartographier le risque de corruption du groupe, de ses filiales et de ses bureaux

Besoin du client

Le contexte du client

Le client, centrale d’achat du deuxième groupe de distribution français, est en charge du sourcing du négoce international pour certaines catégories de produits (pétrole, articles de bazar), de leurs stockage et de leurs acheminement auprès des magasins du groupe.

Le groupe réalise la majorité de ses opérations à l’international et en particulier l’Asie du Sud-Est, et s’appuie, pour ce faire, sur des nombreux bureaux implantés à l’étranger et sur des intermédiaires locaux et des prestataires locaux.

Dans ce contexte, le client souhaite renforcer son dispositif de prévention du risque de corruption et assurer sa conformité avec la loi Sapin 2.

Le besoin exprimé

La mission  consiste à établir, dans un délai de 2 mois, la cartographie des risques de corruption du groupe et de ses entités, en prenant en compte les spécificités de ses métiers et activités.

Mission réalisée

1. Évaluation des prérequis:

BPA a été missionné par une demande express de la direction du groupe qui s’est montrée déterminée à disposer d’une vue claire de l’exposition du groupe et de ses entités.

2. Préparation du référentiel adapté

BPA s’est d’abord assuré de disposer d’une vue précise des modèle d’affaires relatifs à chacune de ses activités du groupe pour identifier les zones d’exposition potentielles.

Cette prise de connaissance du fonctionnement des métiers et de ses acteurs, a été complété par les derniers retours de terrain permettant d’identifier de possibles pratiques à risque.

L’utilisation du référentiel d’analyse factorielle du risque de BPA a permis de normaliser les résultats remontés pour fiabiliser l’information remontée.

Compte-tenu du nombre et de la dispersion des entités, l’utilisation d’un questionnaire administré, avec l’interview croisé des responsables locaux et des managers du siège, s’est imposé.

3. Préparer le déploiement de la démarche

La première étape a été d’identifier les “sachants” qui seront interviewés dans le cadre de cet exercice de cartographie.

L’identification des “sachants” s’est appuyée sur:

  • Les référentiels de BPA pour identifier les zones de risque a priori
  • l’analyse des métiers et de leurs processus
  • l’analyse des organigrammes
  • la prise en compte de certains parcours individuels,

La direction générale et les managers ont activement participé à la mise en place de cette démarche de cartographie et facilité la mobilisation des “sachants” identifiés. A cette occasion, nous avons pu apprécier la qualité du management et son efficacité.

Cette phase a été aussi l’occasion d’une action de sensibilisation générale.

4. réalisation de la cartographie des risques de corruption

Le recueil d’information a porté sur:

  • Le vécu des situations par les équipes locales ou en central
  • Les informations recueillies ont aussi porté sur les pratiques de concurrents, quand la pratique du groupe ne faisait pas apparaitre de pratiques à risque. de la sorte, le groupe dispose d’éléments permettant de guider les comportements

Les situations à risque ont fait l’objet de plan d’action présentés, discuté et validé par les managers locaux et au siège.

5. La restitution

En 2 mois, la mission a permis d’identifier les typologies de risques et leur criticité, ainsi que les axes d’amélioration managériaux à considérer.

Les objectifs et les délais ont été tenus.

Les résultats ont permis de faire apparaitre des situations insoupçonnées.